Notre Science

Avec le temps, une suite de phénomènes imbriqués se produisent au niveau cellulaire. L’une des grandes découvertes de la biologie du vieillissement est que ces phénomènes se retrouvent dans toutes les cellules – cardiaques, hépatiques et rénales, ainsi que dans les neurones. Très schématiquement, il existe deux types de mécanismes : les phénomènes qui nuisent à la cellule et ceux qui la protègent. Malheureusement, au cours du vieillissement, les phénomènes délétères ont tendance à augmenter et les phénomènes protecteurs à diminuer. La détérioration cellulaire est donc due à une augmentation dans le temps de plusieurs processus toxiques ou délétères.

LA RELATION ENTRE LE STRESS ET LE VIEILLISSEMENT

Les organismes vivants sont continuellement soumis à des stress physiques, chimiques et biologiques qui peuvent affecter leur fonctionnement. Les cellules et les tissus des organismes vivants se protègent grâce à de multiples mécanismes de résistance.
Les défenses antioxydantes qui protègent les cellules du stress oxydatif sont un exemple de mécanisme naturel de résistance. Des types d’oxygène réactif potentiellement nocifs sont produits pendant le métabolisme oxydatif. Sans défense antioxydante intacte, l’accumulation de types d’oxygène réactifs entraîne des dommages moléculaires qui favorisent la dégénérescence des tissus et accélèrent le vieillissement.
En raison du vieillissement ou d’un défaut génétique, ces mécanismes de résistance sont surchargés et perdent leur efficacité contre le stress.

Les plantes produisent un très grand nombre de molécules, en particulier des métabolites secondaires, qui sont utiles pour leur propre protection et qui peuvent être bénéfiques chez ceux qui les consomment parce que les voies de signalisation qu’elles activent ont été conservées au cours de leur évolution.
Les métabolites secondaires des plantes sont déjà à l’origine de nombreux médicaments utilisés dans le traitement des maladies métaboliques ou inflammatoires. Certains de ces métabolites agissent contre le stress cellulaire et le dysfonctionnement des organes, et rétablissent l’efficacité des mécanismes de protection, ce qui les rend propices au développement de médicaments pour le traitement des maladies liées à l’âge ou des maladies du vieillissement accéléré.

NOTRE PLATEFORME DE RECHERCHE TRANSLATIONNELLE

Biophytis a développé une plateforme de recherche originale, basée sur la sélection de molécules naturelles actives dans des modèles de pathologies liées au vieillissement

Les molécules naturelles actives font l’objet de recherches académiques actives depuis plus de 10 ans en vue d’établir leur rôle dans le développement de pathologies chroniques liées au vieillissement. Les chercheurs se sont concentrés sur la dégénérescence de la rétine, des muscles squelettiques ou d’autres organes vitaux comme le cerveau, le cœur, les reins et le foie.

Notre-Science

Situé sur le campus de l’Université de la Sorbonne (anciennement Université Pierre et Marie Curie, UPMC), son premier partenaire scientifique, Biophytis a
(i) constitué, en partenariat avec l’Institut de Biologie Paris Seine de l’Université de la Sorbonne, une collection de molécules actives naturelles appartenant à plusieurs classes chimiques (triterpénoïdes, polyphénols et caroténoïdes) issues de plantes alimentaires et médicinales.
(ii) développé, seul ou en partenariat, des modèles animaux et cellulaires de pathologies liées à l’âge, en collaboration avec les équipes de recherche biomédicale et les institutions de recherche translationnelle de l’Université de la Sorbonne.

  IBPS

L’UTILISATION DE COMPOSÉS NATURELS ET DE LA PHARMACOLOGIE INVERSE

À l’aide de la pharmacologie inverse et de notre banque exclusive contenant des centaines de molécules bioactives naturellement produites par les plantes en réponse au stress, nous avons identifié des composés à partir d’une collection unique de substances végétales naturelles. Après avoir testé leur efficacité sur des modèles cellulaires et animaux de maladies liées à l’âge, nous avons déterminé leur mécanisme d’action. Les informations ainsi recueillies nous permettent d’améliorer (i) la structure des composés par chimie médicinale (études des relations structure-activité) et (ii) les caractéristiques métaboliques et pharmacocinétiques des composés afin d’accroître leur efficacité.

Notre-Science-2

Biophytis a ainsi développé SARCONEOS, un activateur du récepteur MAS destiné à préserver la mobilité chez les patients sarcopéniques ou atteints de la DMD, et MACUNEOS, un médicament qui utilise les récepteurs PPARs pour ralentir le déclin de la vision chez les personnes atteintes de DMLA sèche.

Ces substances ont de très faibles niveaux de toxicité. La découverte de leurs effets sur le processus de vieillissement a permis de breveter leur utilisation dans le traitement de pathologies ciblées.

Les autres candidats en cours de développement sont des dérivés hémisynthétiques de SARCONEOS et MACUNEOS : BIO103 et BIO203.