Le programme COVA étudie l’efficacité thérapeutique et la sécurité de Sarconeos (BIO101) en tant que traitement préventif contre la détérioration de la fonction respiratoire des patients sujets à des manifestations respiratoires graves dues à la COVID-19.

Le coronavirus SARS-CoV-2 peut provoquer un Syndrome de Détresse Respiratoire Aigüe (SDRA) en perturbant le système rénine-angiotensine (SRA), qui a un rôle clef dans la régulation de la fonction respiratoire. Il semblerait que SARS-CoV-2 pénètre dans les cellules pulmonaires en utilisant l’Enzyme de Conversion de l’Angiotensine 2 (ECA-2), une enzyme clef dans le fonctionnement de ce système, inhibant le bras protecteur du SRA.

Sarconeos (BIO101) active le récepteur MAS, un acteur clef du bras protecteur du SRA, et a prouvé sa capacité à améliorer de manière importante la fonction respiratoire dans plusieurs modèles précliniques.

Sarconeos (BIO101) active le bras protecteur du système rénine-angiotensine (SRA), et pourrait stimuler la fonction respiratoire des patients COVID-19

Sarconeos (BIO101) est un candidat médicament qui a démontré un bon profil de sécurité dans le programme SARA visant à améliorer la fonction musculaire de patients âgés et fragiles, atteints de sarcopénie (la phase 2b de l’étude SARA-INT est en cours). Sarconeos (BIO101) vise également à améliorer la fonction respiratoire d’enfants atteints de myopathie de Duchenne.

Le programme COVA s’appuie sur les données cliniques et précliniques de Sarconeos (BIO101) dans ces maladies neuromusculaires.

Objectifs

Dans le contexte de la crise mondiale provoquée par COVID-19, l’objectif de Biophytis est d’apporter dans les plus brefs délais un traitement médical qui aidera à prévenir une détérioration respiratoire plus avancée chez les personnes présentant de graves symptômes respiratoires liés à la COVID-19. Biophytis apporte son expertise en science du vieillissement à une population de patients particulièrement sensible à une telle détérioration et dont la vieillesse et la fragilité sont d’importants facteurs de risque.

Notre objectif est de soumettre une demande d’autorisation accélérée pour une utilisation en urgence (Emergency Use Authorization – EUA) aux États-Unis et pour une mise sur le marché conditionnelle en Europe fondée sur une étude de Phase 2-3 qui recrutera plusieurs centaines de participants dans le monde. L’étude a obtenu les autorisations aux États-Unis, au Brésil, en France, en Belgique et au Royaume-Uni.

L’étude s’intitule : “Tester l’efficacité et la sécurité de BIO101, pour la prévention de la détérioration respiratoire, chez les patients atteints de pneumonie SARS-CoV-2 (étude COVA)” et est conçue comme une étude globale de Phase 2-3, randomisée, en double aveugle, contrôlée contre placebo, adaptative et en continu (ou groupe séquentiel, avec 2 parties :

Le recrutement des patients se déroulera en deux parties distinctes selon les mêmes modalités. Au total 310 patients âgés de 45 ans et plus atteints par la COVID-19 (potentiellement majoré de 50%, ie jusqu’à 465, selon une analyse intérimaire) et développant symptômes respiratoires sévères avec COVID-19, avec des preuves de décompensation respiratoire ≤7 jours avant le début du médicament à l’étude.

Le critère d’évaluation principal est la confirmation de l’effet de Sarconeos (BIO101) dans la prévention de la détérioration respiratoire. Les critères secondaires et exploratoires comprennent la sécurité et la tolérance, l’amélioration de la fonction respiratoire des patients COVID-19 et les effets sur les biomarqueurs associés au SRA, la cible de Sarconeos (BIO101).

L’étude fera l’objet de deux analyses intermédiaires. La première, sur les participants de la partie 1 (50 patients au total), pour évaluer la sécurité de BIO101 et fournir une première indication d’activité. La seconde aura lieu après le recrutement de 50 % des participants à la partie 2 de l’étude (155) et comprendra une analyse de sécurité et de futilité ainsi que la réévaluation potentielle de la taille de l’échantillon. Ces analyses sont menées par un comité indépendant de surveillance des données (DMC).

Le DMC a recommandé la poursuite du recrutement de la partie 2 au cours du premier trimestre 2021 sur la base de l’analyse des 50 premiers patients. Plus de 155 patients ont été recrutés en mai 2021 dans 34 centres cliniques. La deuxième analyse intermédiaire (155 patients) est attendue au troisième trimestre 2021 et les premiers résultats de l’étude complète au quatrième trimestre 2021.