Plateforme des maladies de la rétine

Biophytis a démontré que MACUNEOS protège les cellules de la rétine des effets phototoxiques de l’A2E en présence de lumière bleue (stress oxydatif), réduit l’accumulation de cette molécule phototoxique dans les modèles animaux, et ralentit ainsi le processus de dégénérescence rétinienne tout en maintenant l’activité électrique de la rétine (mesurée par électro-rétinographie).

LE STRESS OXYDATIF CAUSÉ PAR L’A2E ENTRAÎNE LA MORT DES CELLULES RÉTINIENNES

Les photorécepteurs contiennent un pigment visuel qui absorbe une partie du rayonnement du spectre, et c’est cette absorption des photons qui est à l’origine des messages nerveux qu’ils émettent. Chaque molécule de pigment visuel est constituée d’une protéine appelée opsine et d’une molécule non protéique : le rétinal. Sous l’effet de la lumière, le rétinal est isomérisé et se détache de l’opsine. Ce retour à sa forme originelle, essentielle à son activité, met en mouvement une séquence de réactions dont les photorécepteurs et l’épithélium pigmentaire rétinien (EPR) sont conjointement responsables.

Macuneos-1

Ce mécanisme de protection présente toutefois un inconvénient lorsqu’à la suite d’un dysfonctionnement (lié à l’âge ou à des défauts génétiques), une molécule appelée A2E s’accumule en grande quantité dans les cellules de l’EPR. En effet, en présence de lumière (bleue) et d’oxygène, A2E oxyde tout ou partie de ses doubles liaisons et les molécules ainsi formées réagissent avec différents constituants cellulaires, perturbant ainsi l’activité de l’EPR et, en particulier, son activité impliquant la digestion de fragments de photorécepteurs. De ce fait, les cellules de l’EPR accumulent les déchets, ce qui entraîne un dysfonctionnement du métabolisme et des différentes voies de signalisation, provoquant la mort des cellules rétiniennes.

Résultats positifs d’une nouvelle voie de protection potentielle

L’activation des récepteurs nucléaires PPARs peut protéger la rétine du stress oxydatif et mener à de nombreux résultats positifs qui collectivement limitent la dégénérescence de la rétine.

PPARα ainsi que PPARβ/δ promeuvent la santé de la rétine en activant les gènes anti-inflammatoires et anti-oxydants et en désactivant les gènes pro-inflammatoires. PPARβ/δ diminue également la production de VEGF, ralentit la mort cellulaire et arrête la production de radicaux libres pour promouvoir la santé de la rétine.

Les études menées par Biophytis permettent de préciser que Macuneos se lie à PPARγ mais ne semble pas l’activer, tandis qu’il interagit également avec PPARα et PPARβδ. Les effets photoprotecteurs de Macuneos sont également reproduits par des agonistes de PPARα et PPARβ/δ et inhibés par des antagonistes de ces derniers.

page22FR

Amélioration de la survie des cellules EPR sous l’effet de la lumière bleue

Macuneos protège significativement les cellules EPR exposées à la lumière bleue et A2E, plus significativement que les composés (lutéine et zéaxanthine) qui, comme l’ont montré les études AREDS, sont liés à un risque élevé de développer une DMLA sèche.

Macuneos-3Survie des cellules EPR obtenue par Macuneos à différentes concentrations.
Comparaison avec la lutéine et la zéaxanthine aux mêmes concentrations

Amélioration de la protection fonctionnelle de la rétine

Macuneos offre une protection importante au niveau structurel (nombre de couches de photorécepteurs), ce qui entraîne une amélioration de la fonction de la rétine (électro-rétinogramme). C’est également plus efficace que la molécule de référence (PBN) dans les tests d’endommagement par lumière bleue.

Couches de photorécepteurs

Macuneos-4

Electrorétinogramme – Onde A

Macuneos-5Nombre de couches de photorécepteurs et d’ondes ERG (ondes A) dans le modèle animal pour la DMLA
(Modèle murin lumière bleue avec injections intrapéritonéales).