Dégénérescence maculaire liée à l’âge : programme clinique MACA

Logo-MACA

À propos de la dégénérescence maculaire liée à l’âge

La DMLA affecte la partie centrale de la rétine, appelée macula, ce qui entraîne une déficience visuelle grave et une perte irréversible de la vision centrale. La fonction maculaire est responsable de la vision centrale et sa netteté est assurée par les cellules photoréceptrices densément regroupées appelées cônes. Le stade précoce de la DMLA est caractérisé par des dépôts appelés drüsen, constitués notamment d’une accumulation d’A2E, qui n’affectent que marginalement la vision. Le patient remarque progressivement une certaine détérioration de sa vision centrale, qui est ensuite diagnostiquée par l’ophtalmologiste ; il s’agit du stade intermédiaire ou maculopathie liée à l’âge (MLA). Les phases ultérieures comprennent deux formes de DMLA : la DMLA humide, aussi appelée DMLA exsudative ou néovasculaire, caractérisée par la croissance de néovaisseaux choroïdiens dans l’espace sous-rétinien, ou atrophie géographique (DMLA sèche), qui est caractérisée par la perte des cellules épithéliales pigmentaires rétiniennes et des photorécepteurs qui sont les cellules nécessaires pour le cycle visuel. La DMLA sèche est beaucoup plus courante que la DMLA humide. Les dernières étapes de ces deux formes entraînent la destruction de la rétine neurosensorielle dans la région maculaire ; la progression de la DMLA exsudative (humide) peut entraîner une cécité complète en quelques semaines, tandis que la progression de la DMLA sèche est généralement lente.

La DMLA sous ses formes « humide » et « sèche » touche actuellement 30 millions de personnes dans le monde. On estime qu’environ 500 000 nouveaux cas de DMLA humide sont diagnostiqués chaque année dans le monde, et ce chiffre est susceptible d’augmenter considérablement à mesure que la population vieillit. On estime que plus de 60 millions de personnes dans le monde, dont 2 millions en France, seront touchées en 2050, faisant de la DMLA un problème de santé majeur pour les personnes âgées. La maladie est rare avant l’âge de 65 ans, mais sa prévalence augmente de façon exponentielle avec l’âge. La prévalence des stades précoces est de 1,6 % chez les personnes de plus de 75 ans, atteignant près de 5 % chez les personnes de 75 à 84 ans, et la fréquence augmente à 13 % chez les personnes de 85 ans et plus dans les études démographiques. La cécité légale se développe fréquemment avec le temps, car la maladie tend à devenir bilatérale chez 30 à 40 % des patients en 5 ans.

Une déficience visuelle grave a un impact énorme sur la qualité de vie. Les personnes qui présentent une réduction importante de leur acuité visuelle ont une capacité limitée d’accomplir des tâches quotidiennes et leur mobilité est également restreinte. Les patients atteints de DMLA affirment que leur qualité de vie générale est de 20 à 25 % inférieure à celle des personnes âgées en bonne santé. La détresse psychosociale est également associée à la DMLA, avec un plus grand nombre de patients souffrant de détresse émotionnelle et de dépression que les autres adultes âgés. Le coût pour la société commence seulement maintenant à être révélé.

Étude MACA-PK

MACA-PK est une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo, qui consistera à évaluer en phase 1 l’innocuité et la pharmacocinétique de Macuneos, en 2 étapes : dose unique ascendante (SAD), puis dose multiple ascendante (MAD). L’étude SAD impliquera 32 volontaires sains dans 2 centres en Belgique, l’étude MAD impliquera 32 volontaires sains avec un suivi de 14 jours dans 2 centres en Belgique. Les critères d’évaluation seront l’innocuité, la pharmacocinétique et la pharmacodynamique, mesurés au moyen de divers biomarqueurs plasmatiques.

Étude MACA-INT

L’objectif de MACA-INT est de déterminer la dose thérapeutiquement efficace de Macuneos chez les personnes âgées souffrant de la forme sèche intermédiaire de la DMLA dans au moins un œil (sans perte d’acuité visuelle) et susceptibles de développer une forme sévère (forme exsudative ou atrophie géographique). Il s’agit d’une étude multicentrique, randomisée, en double aveugle et contrôlée par placebo. Cela impliquerait 300 patients souffrant de DMLA sèche intermédiaire et tardive, qui recevront MACUNEOS en dose de 100 mg, ou 350 mg, et un groupe placebo. La durée prévue de l’étude est de 24 mois avec une analyse intermédiaire après 12 mois. Le critère d’évaluation principal sera la progression de la taille des lésions atrophiques et les critères d’évaluation secondaires, l’adaptation à l’obscurité, l’accumulation des drüsen, l’évolution vers la DMLA humide et l’acuité visuelle.